Otobong Nkanga
Solo show : Togethering
featuring Oroma Elewa, Bill Kouélany, Obi Okigbo & Adeola Olagunju
tapisserie_expo.jpg

Solo show : Togethering

Solo show : Togethering

Solo show : Togethering

Vue de l'exposition "Togethering", galerie In Situ - fabienne leclerc
09.01-12.02.2022
© Aurélien Mole
Courtesy de l'artiste & galerie In Situ - fabienne leclerc, Grand Paris

Solo show : Togethering

Solo show : Togethering

Vue de l'exposition "Togethering", galerie In Situ - fabienne leclerc
09.01-12.02.2022
© Aurélien Mole
Courtesy de l'artiste & galerie In Situ - fabienne leclerc, Grand Paris

Solo show : Togethering

Solo show : Togethering

Vue de l'exposition "Togethering", galerie In Situ - fabienne leclerc
09.01-12.02.2022
© Aurélien Mole
Courtesy de l'artiste & galerie In Situ - fabienne leclerc, Grand Paris

Solo show : Togethering

Solo show : Togethering

Vue de l'exposition "Togethering", galerie In Situ - fabienne leclerc
09.01-12.02.2022
© Aurélien Mole
Courtesy de l'artiste & galerie In Situ - fabienne leclerc, Grand Paris

Solo show : Togethering

Solo show : Togethering

Oroma Elewa
Tom. The Money, Area Babes and Ashawo Superstars, 2021

Vue de l'exposition "Togethering", galerie In Situ - fabienne leclerc
09.01-05.02.2022
© Aurélien Mole
Courtesy de l'artiste & galerie In Situ - fabienne leclerc, Grand Paris

Solo show : Togethering

Solo show : Togethering

Adéolá Olágúnjú
Translation, Sojourner, Melancholic Communion
Série : Paths & Patterns, 2014

Vue de l'exposition "Togethering", galerie In Situ - fabienne leclerc
09.01-05.02.2022
© Aurélien Mole
Courtesy de l'artiste & galerie In Situ - fabienne leclerc, Grand Paris

Solo show : Togethering

Solo show : Togethering

Bill Kouélany
Sublimation, 2022

Vue de l'exposition "Togethering", galerie In Situ - fabienne leclerc
09.01-05.02.2022
© Aurélien Mole
Courtesy de l'artiste & galerie In Situ - fabienne leclerc, Grand Paris

Solo show : Togethering

Solo show : Togethering

Adéolá Olágúnjú
IYABO, 2021

Vue de l'exposition "Togethering", galerie In Situ - fabienne leclerc
09.01-05.02.2022
© Aurélien Mole
Courtesy de l'artiste & galerie In Situ - fabienne leclerc, Grand Paris

Solo show : Togethering

Solo show : Togethering

Adéolá Olágúnjú
Celestial Beings, The Purge, Neither/Nor
Série : Beautiful Decay, 2015

Vue de l'exposition "Togethering", galerie In Situ - fabienne leclerc
09.01-05.02.2022
© Aurélien Mole
Courtesy de l'artiste & galerie In Situ - fabienne leclerc, Grand Paris

Solo show : Togethering

Solo show : Togethering

Vue de l'exposition "Togethering", galerie In Situ - fabienne leclerc
09.01-12.02.2022
© Aurélien Mole
Courtesy de l'artiste & galerie In Situ - fabienne leclerc, Grand Paris

Solo show : Togethering

Solo show : Togethering

Vue de l'exposition "Togethering", galerie In Situ - fabienne leclerc
09.01-12.02.2022
© Aurélien Mole
Courtesy de l'artiste & galerie In Situ - fabienne leclerc, Grand Paris

Solo show : Togethering

Solo show : Togethering

Obi Okigbo
The Shrine, 2015
© Aurélien Mole
Courtesy de l'artiste & galerie In Situ - fabienne leclerc, Grand Paris

Solo show : Togethering

Solo show : Togethering

Oroma Elewa
TOM RELAX, Area Babes and Ashawo Superstars, 2021
© Oroma Elewa. Courtesy : Oroma Elewa & galerie In Situ - fabienne leclerc, Grand Paris

Solo show : Togethering

Solo show : Togethering

Bill Kouélany
Sans titre, 2018
© Aurélien Mole
Courtesy de l'artiste & galerie In Situ - fabienne leclerc, Grand Paris

Solo show : Togethering

Solo show : Togethering

Adéolá Olágúnjú
ÌYÁBO, 2021
© Adeola Olágúnjú. Photo D.R.

1/16

Plasticienne et performeuse, Otobong Nkanga (née en 1974 à Kano au Nigéria) a suivi des études d’art à l’Obafemi Awolowo University d’Ile-Ifé, au Nigeria, puis à l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Paris.
Elle fut artiste en résidence à la Rijksasademie van beeldende kunsten à Amsterdam, avant d’obtenir en 2008 un master en Performing Arts à Dasarts, Amsterdam. Aujourd’hui, elle vit et travaille à Anvers en Belgique.

Les dessins, installations, photographies, performances et sculptures d’Otobong Nkanga interrogent de différentes manières la notion de territoire et la valeur accordée aux ressources naturelles.

Son travail offre à voir des images qui révèlent une forte puissance d’évocation. Une grande diversité de supports et de matériaux donne forme à des œuvres inspirées de la terre, de ses ressources surexploitées et des histoires qui en découlent. Son art se situe au croisement des constructions du temps et des civilisations pour aller au-delà de nos horizons, vers d’autres climats, d’autres économies.
Les œuvres d’Otobong Nkanga, dont l’esthétique épurée peut au prime abord paraitre sans aspérités, font preuve d’une forte puissance d’évocation avec des représentations de corps déstructurés, aux membres disjoints néanmoins reliés entre eux par des cordes, des racines ou des branches. Ces liens ne sont pas uniquement des images plaquées, c’est aussi un véritable réseau de formes qui se font sans cesse écho au travers d’une grande diversité de supports : dessins, installations, peintures, textiles, photographies, sculptures, performances et même poésie. Tout semble évolutif et connecté, en totale interdépendance, comme des chaînes d’association que l’artiste construit petit à petit.

Pour sa deuxième exposition à la Galerie In Situ, l’artiste présente plusieurs œuvres récentes et introduit également quelques pièces plus anciennes créant le lien, toujours, avec ses projets antérieurs.
Notamment, les deux sculptures « Post I » et « Post II » (2019) dont la hauteur correspond à la taille de l’artiste sont des carrousels en métal déployant chacun douze plaques en aluminium sur lesquelles sont imprimées des images de paysages du monde entier. Ces sites sont marqués de traumas, jonchés de nombreux débris.
La peinture sur bois «Borrowed Light - Appeasement » (2019) montre 3 bras reliés entre eux reliés par des câbles à un polygone évidé. Cette manière à l’esthétique mécanique et stylisée est très représentative de l’œuvre graphique de l’artiste.

Plusieurs tapisseries réalisées pour l’exposition réinterprètent des fragments abstraits d’autres tapisseries plus anciennes pour leur donner une nouvelle existence. L’artiste y ajoute parfois des plantes ou des métaux oxydés, résonant avec les palettes de couleurs reproduisant celles des fils utilisés pour le tissage de ces textiles. Initialement, ces palettes étaient présentes dans certains dessins d’Otobong Nkanga mettant en avant la relation très forte qui la relie aux matières qui permettent l’élaboration de ses œuvres.

Deux installations composées de tapis touffetés à la main, auxquels sont reliés par de longues cordes des objets en verre de Murano, contenant des matières olfactives, invitent le visiteur à s’allonger et à se ressourcer.



Otobong Nkanga a voulu en parallèle à son projet personnel inviter quatre artistes Africaines au sein de l’exposition « Togethering » :

Oroma Elewa, Bill Kouélany, Obi Okigbo et Adé?lá ?lágúnjú.

Il est ici question d’échange, d’émotions, de relations organiques et de connexions.